Mohamed Bari

  • Mohamed Bari © DR

Je veux devenir kamikaze… Moi, danseuse du ventre

Je suis né onze mois avant la mort du général Franco, à Casablanca (Maroc). J’ai commencé mes études dans une école coranique, je les ai terminées dans une faculté de droit. J’ai rencontré le Théâtre au théâtre universitaire, j’y ai eu une formation assez basique… Comme au Maroc, ma vie en Europe a commencé très religieusement : j’ai habité en face d’une église. J’ai acheté ma première voiture le jour de la mort du roi Hassan II. Un jour, j’ai pris ma voiture, j’ai roulé, par hasard je me suis arrêté en Belgique, faute de diesel dans la voiture. Un jour, j’ai rencontré un type bien ; Didier de Neck et c’est lui qui m’a remis à nouveau sur le chemin de Molière. Je collabore avec le Théâtre de Galafronie depuis 2002. J’étais en résidence d’auteur au Théâtre les Tanneurs la saison passée. Je suis aussi comédien. J’ai publié mon premier texte Lost Cactus chez Lansman (Si j’arrive à en vendre dix mille exemplaires, je payerai le voyage de mes parents à La Mecque). Mohamed Bari vient travailler sur Je veux devenir kamikaze… Moi, danseuse du ventre.

Bourse d’écriture du ministère de la Communauté française - Service de la promotion des Lettres.