J’ai un vieux dans mon sac, si tu veux je peux te le prêter

  • Marie-Do Fréval © compagnie Bouche à Bouche

MARIE-DO FRÉVAL

C’est un spectacle fleuve qui raconte la relation au vieux ou à la vieille ; une succession de pistes avortées, de chemins abrupts, de tentatives d’exister encore, de répétitifs endormissements, de débuts de roman, de repas inachevés, d’impossibles dialogues. Quand l’acteur tente une vraie scène quelque chose déraille, le temps, le ton, le vivant. C’est l’écriture de l’impossible vertical et l’entrée du personnage immobile. C’est pourquoi je dis que j’écris pour des personnages vivants ou des personnages morts, acteurs marionnettes, manipulateurs, corps désaccordés. C’est un million de petites hésitations, de  croisements, de surgissements, de chansons. Mais est-ce qu’ils se parlent les vieux ? Souvent ça parle tout seul un vieux. Qu’est-ce qui se murmure entre deux portes ? Est-ce que la mort fait partie du projet
d’écriture ? Est-ce que ça s’écrit avec la mort ? Il y a comme un temps de nouveau-né, une météo de giboulée, une inversion de la chronologie, un arrêt sur image.

Marie-Do Fréval, directrice artistique de la compagnie de théâtre de rue Bouche à Bouche, est autrice, metteuse en scène et comédienne. Son processus d’écriture déloge les tabous et donne la  parole aux muets. Elle tisse ici plusieurs langages : manipulation d‘objet, musique, texte. Cette résidence sera un temps consacré à l’écriture du texte qui sera publié en 2020 aux Éditions Riveneuve et créé en 2021.

Bourse du Centre national du livre.

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.