Adodan

  • Christelle Harbonn © Calyspo Baquey
(titre provisoire)

CHRISTELLE HARBONN

Le grand-père de mon grand-père était rabbin et vivait à Marrakech. À vingt ans, il aurait fait un grand voyage à dos d’âne, de Marrakech à Jérusalem.

Le désir d’écrire sur cette histoire m’a amenée à enquêter en France, au Maroc et en Israël, sans pour autant travailler à un documentaire. La pièce veut s’amuser à confondre les réalités et les fantasmes, à charrier pêle-mêle aujourd’hui et hier, en se souciant seulement de l’extrême sensibilité avec laquelle les choses, vraies ou fausses, m’ont été transmises.
Adodan, puisque c’est son titre pour l’instant, est une fable qui valse entre réalité intimiste, contexte historique, parabole biblique et téléphone arabe.
Elle entrelace la vie et les interrogations de trois personnages en quête de sens à travers l’exode des Hébreux, le voyage d’un rabbin à dos d’âne à la fin du XIXe siècle et l’enquête de son arrière-arrière-petite-fille déterminée à reconstituer son histoire.
Adodan est la mise en scène d’un rêve qui évoque et mélange différentes histoires d’exils. Les informations factuelles se fondent aux mythes, c’est un puzzle fantasque où le temps est hors de ses gonds et le monde cul par-dessus tête.

 

Christelle Harbonn est autrice et metteuse en scène et directrice de la compagnie Demesten Titip. L’inconscient est au centre des univers qu’elle construit et les pièces se constituent sur la dramaturgie du rêve. Les personnages ont souvent l’ossature d’antihéros. Ses dernières pièces ont été créées à La Criée-Théâtre national de Marseille qui accueillera également la création d’Adodan à l’automne prochain.

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.