La Dormition ou La Vieille Vierge Insomniaque (LVVI)

  • Dominique Collignon Maurin © DR

Dominique Collignon Maurin

Mêler, confronter deux grandes familles du spectacle : La Sainte Famille et une célèbre famille d’artistes. Deux titres, deux histoires. Celle extraordinaire de la non/mort, (La Dormition) de Marie-la-vierge-mère-du-fils-de-Dieu. Et l’autre ordinaire, d’une ni vieille ni jeune dame de la petite bourgeoisie, actrice toutefois, qui après le sacrifice de son fils sur l’autel du star-system perd le sommeil, s’identifie à la Vierge éternelle et se désespère de ne pouvoir mourir. Sa progéniture (métaphore de l’humanité) tapie dans une armoire normande guette La Vieille Vierge Insomniaque qui n’en finit pas de finir.

Le monde et sa globalité consumériste étouffante ne viendraient-ils pas de ce trait de génie des pères de l’Église : vider l’invisibilité du monde et son autorité au profit d’une visibilité unique et omnipotente. Tandis qu’au sein du patriarcat la rupture des tabous devient virale, le monde du spectacle fait des corps l’interface d’un monde autophage. Dieux et déesses, pères et mères se taisent et se goinfrent, par les deux bouts ils s’empiffrent allègrement des objets du monde et de leurs progénitures, jusqu’à en éclater.

Pour cette dernière phase d’écriture de LVVI, Dominique Collignon Maurin collaborera avec Marie Vayssière, comédienne et metteuse en scène, qui a su, plus d’une fois, accompagner l’écriture des autres (tout récemment Alain Béhar pour Les Vagabondes et Franck Dimech pour Les Chinois).

 

Dominique Collignon Maurin écrit ou adapte pour la scène Un combattant comme celui-là, L’homme Job, Médéa Malum, Jeux de rôle, Jona, Les quatre Âges. Il compose la musique et met en scène l’opérette Par la Taille d’Alfred Jarry.

 

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.