La Comparution

  • Guillaume Cayet © Alex Nollet/La Chartreuse

GUILLAUME CAYET

— Le maintien de l’ordre est une dramaturgie, dans laquelle l’État convainc et consolide son hégémonie. Le maintien de l’ordre est un théâtre. Tout tient dans la beauté du geste. Le conflit est une scène. Tout cela réside dans le fait que le maintien de l’ordre n’est pas une science absolue. C’est une science humaine. Il y a donc une différence entre prévoir et gérer. Bien. Maintenant je vous laisse avec ce comédien, qui va vous enseigner deux ou trois rudiments de l’art théâtral. Vous le verrez, tout est question d’interprétation. Soyez convaincant.

Après un travail d’écriture laborantine mené à la Chartreuse en février 2019, je suis reparti avec une pièce-matériaux autour de mon sujet : la domination policière. Je suis retourné ensuite travailler avec mes comédiens et collaborateurs artistiques, où le texte a été longuement éprouvé durant trois semaines au plateau. Cela m’a permis de remettre au centre de l’écriture les enjeux théâtraux, en tentant de dépasser les enjeux sociologiques.
Il fallait que le théâtre gagne.  Fort de ce travail, je reviendrai à la Chartreuse pour terminer l’écriture de cette pièce.

Depuis sa dernière résidence pour Nos Étranges, Guillaume Cayet a écrit en 2018 Neuf Mouvements pour une cavale (aide à la création Artcena) autour de l’histoire du paysan Jérôme Laronze tué par un gendarme en Saône-et-Loire. Il écrit également La Meute, une commande d’écriture sur le délit de solidarité pour le projet Dans le vif (initié par Ronan Mancec). Il s’intéresse également à l’écriture pour la jeunesse (14-17 ans) avec l’écriture de deux pièces Les Deux et Les Élémentaires.
Parallèlement à son travail d’auteur au sein notamment de la compagnie Le Désordre des Choses, il continue ses collaborations avec la metteuse en scène Julia Vidit et le metteur en scène Guillaume Béguin.

Partenaires le Centre dramatique national de Normandie-Rouen ; la MC93-Maison de la culture de Seine-Saint-Denis Bobigny.

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES ; de Théâtre Ouvert-Centre national des dramaturgies contemporaines ; du Grand Parquet-Maison d’artistes associée au Théâtre Paris-Villette.