Chère Chambre

  • Pauline Haudepin © Gaëlle Schuster

Pauline Haudepin

Jeune fille aimée et entourée, Chimène Chimère est née pour être heureuse, dans une famille sans drame et sans énigme. Alors, quand elle offre son corps sans amour ni désir à un inconnu souffrant d’une maladie contagieuse incurable, personne ne comprend le sens de ce sacrifice inutile qui brusquement fait entrer dans la famille tout ce qui n’arrive jamais qu’aux autres. Tandis que l’homme guérit miraculeusement, Chimène, réincarnation contemporaine de la jeune fille Violaine de Paul Claudel, commence à dépérir dans une chambre d’hôpital, tandis que ses parents hébergent un étranger dans l’ancienne chambre de la jeune fille…

Prendre trois chambres pour décor, c’est choisir le cadre le plus familier pour en souligner la fragilité. Car dans le geste extrême par lequel elle exprime sa liberté, Chimène déplace les limites et ouvre la boîte à tabous sur laquelle tous ses proches sont assis. Se déploie alors une danse dangereuse entre l’acceptable et l’interdit, la norme et l’informe, la conformité et la subversion.
Ce qui est invisible et caché existe-t-il moins que ce qui éclate ?
À quel ordre, à quelle puissance attribuons-nous ce que nous transgressons ? Et cette transgression nous rend-elle moins humains ? Ou peut-être est-ce tout le contraire…

Après un master de lettres et arts et une formation à l’École du Théâtre national de Strasbourg, Pauline Haudepin se partage entre jeu, écriture et mise en scène. Ses deux premières pièces sont Bobby Unborn et Les Terrains Vagues, pour laquelle l’autrice est lauréate des Encouragements d’Artcena en 2018 et qui est représentée la même année au Théâtre national de Strasbourg et au Théâtre de la Cité internationale.

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.