Il pleut des humains sur nos pavés

  • Sèdjro Giovanni Houansou © Hodin

SÈDJRO GIOVANNI HOUANSOU

Bénin

— Quand on trouve l’amour dans un territoire dangereux, faut-il le prendre pour soi,
ou le laisser mourir — de soif — ?

 

Adé, seize ans, muette, a disparu dans Katanga (ce sous-quartier entre la ville et l’océan). La police banalise l’information alors que Katanga est en ébullition. Le gouvernement écrase les mouvements de foule et ordonne l’anéantissement du quartier. Deux policiers, en représailles à la perte de l’un des leurs, assassinent Tam, jeune homme dont l’amour s’est révélé à Adé bien qu’elle ait subi un viol collectif. Tam est différent. Adé le sait et maintenant qu’il a été brûlé par des policiers, elle est prostrée auprès de Gobi, père adoptif de Tam, « chef » de Katanga. La spirale de la violence va se mêler à l’expression d’un amour sincère dont les mots s’élèvent comme les vagues de l’océan, pour effacer les mémoires des hommes et leur lieu de vie.

Ce texte cherche à explorer les mécanismes de destruction de microterritoires et ceux de la marginalisation de masse, ceci par le prisme de l’amour et de sa violence silencieuse. Sèdjro Giovanni Houansou a demandé à Guillaume Cayet un accompagnement dramaturgique sur ce projet. Ils viendront ensemble en résidence. La création est prévue en septembre 2020 à Lomé.

 

Sèdjro Giovanni Houansou est né en 1987 et réside au Bénin. Son texte Les Inamovibles est lauréat du prix Théâtre RFI 2018 et Artcena 2019. Par ailleurs, il est engagé dans différentes actions culturelles : il a mis en place, avec SUDCRÉA, Les Embuscades de la scène qui donnent une première chance de diffusion à de jeunes metteurs en scène; les Didascalies du Monde, lectures mensuelles de textes francophones; benincrea.net, une plateforme de diffusion et d’information artistiques sur le continent africain ou encore Échafaudages, un studio d’écriture pour les 16-21 ans.

Bourse du fonds d’aide à la production des écritures dramaturgiques contemporaines d’Afrique et des Caraïbes « Des mots à la scène » de l’Institut français.
Avec le soutien de La Fabrik de Lomé ; de Les Francophonies - Des écritures à la scène ; de la Chartreuse-CNES ; de Théâtre Ouvert-Centre national des dramaturgies contemporaines.