flèche avantflèche suivant
août 2015
L M Me J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
màj : 23/03/2015
LES JARDINS DE LA CHARTREUSE
Description des jardins

 
Pendant longtemps, les jardins ont peu bénéficié de la politique de restauration des Monuments Historiques.
A l’instar de la recherche récente et de l’engouement du public, l’art du jardin est aujourd’hui remis à l’honneur.
En 1999, la Chartreuse a entrepris une réhabilitation globale des anciens jardins du monastère et une réflexion sur leur évolution. Le travail de recherche, confié à l’équipe de recherche publique Artopos* de Montpellier (études des archives et des végétaux, sondages géologiques et hydrogéologiques, analyses biologiques des sols...), a permis de fonder les bases du projet de réhabilitation : les jardins rénovés du monastère ne sont pas une reconstitution à l’identique d’un état passé idéal mais une restitution dans l’esprit. Tous évoquent le lien intime qui unissait les moines à la nature et leur connaissance des plantes. Ils sont également conçus en tenant compte des nouveaux usages des lieux, consacrés à l’accueil en résidence d’artistes et notamment d’auteurs de théâtre.
 
Un monastère cartusien est un espace d’équilibre entre le monde minéral et le monde végétal. Parce que les moines vivent dans un lieu clos, dans la solitude de leur cellule, ils ont besoin d’une ouverture sur la nature. Pour se représenter la portée des jardins dans le monastère, il faut imaginer que plus de la moitié de la surface était plantée. Ces jardins avaient plusieurs fonctions. Espaces de méditation, les jardins des cellules étaient un support à la prière des moines. Espaces économiques, vergers et potagers leur permettaient de subvenir à leur besoin en fruits et légumes.
Espace d’agrément, ils accompagnaient les logis. Tous étaient un hommage rendu au Créateur.
 
Pour découvrir les fleurs et arbres des chartreux, le plan ci-dessus propose quelques vues de 10 jardins. Certains étaient des jardins individuels (jardin des simples et du sous-sacristain), d’autres appartenaient à l’espace cénobitique (cloîtres, cimetières), enfin certains, qui peuvent être qualifiés de jardins d’apparat, étaient destinés aux hôtes de passage chez les chartreux.
 
* Laboratoire du ministère de la Culture créé en 1989, ARTOPOS était une structure interdisciplinaire de recherche publique consacrée à l'Histoire de l'Architecture, des Paysages et des Jardins. Depuis 2011, il a pris le statut d'association loi 1901 et travaille toujours à la connaissance et à la valorisation des jardins anciens en France et dans le monde.
Présidente Alix Audurier Cros
Professeur Émérite
 
Mots-clés  : monumentpatrimoinejardins
 
presse  |   mentions légales  | partenaires  |    A+  |   A-   |